Séminaires café du CCHa

Philosophie de l'habiter

Sur inscription, merci de remplir le formulaire au bas de cette page


 

# 5  -  S A M E D I   25   F É V R I E R   2 0 1 7    d e    1 0  h   à   1 3  h

 

"HABITER ENSEMBLE LE MONDE : le partage de l’espace par les murs"

 

Habiter, c’est être au Monde. Par l’habitation le moi se recueille et s’ouvre au monde (E. Levinas). L’appropriation de soi —la conscience de soi dans notre rapport au monde— passe par l’appropriation de son lieu. C’est-à-dire l’habitation.

Mais aussitôt que quelqu’un déclare “ceci est à moi” et en exclut les autres (Rousseau), se trouve posée la question de l’habitation du monde en notre pluralité même. L’établissement d’une multiplicité humaine sur un territoire est ce problème auquel répond l’architecture de la ville. Car le nombre croissant des hommes et de leurs activités les ayant obligé à se sédentariser, il faut bien qu’une certaine organisation durable détermine leur habitation commune et leur usage de la terre.

Pour que la terre soit ce continuum qui permet aux hommes d’être autonomes et cependant en relation avec les autres, partageant un même monde (H. Arendt), il faut que chaque être puisse avoir une place à lui, un lieu dans le monde qui lui soit destiné et par lui approprié. Et cette appropriation ne vaut qu’en tant qu'elle est reconnue par les autres. La propriété est en soi reconnaissance sociale. Elle est l’expression de ce pacte social par lequel la propriété nous est concédée par tous. Celui qui n’habite nulle part n’est reconnu par personne. Celui que tous reconnaissent habite le monde. C’est ainsi que peut s’établir un rapport (une distance et une relation), une « raison » entre les hommes, et qu’en construisant ensemble ils se construisent une communauté urbaine.

Cette construction sociale, une et multiple, s’établit seulement et durablement par la médiation d’une terre sur laquelle nous dressons des murs pour nous la rendre habitable, des murs percés de portes et de fenêtres qui s’ouvrent sur ces pièces communes que sont les rues et les places, puis sur le paysage jusqu’à l’horizon, de sorte que par ces murs et ces ouvertures nous habitions ensemble le monde.

 

 

# 4  -  S  A  M  E  D  I      5      N O V E M B R E     d e    1 0  h   à   1 3  h

 

"Nature et culture : Le paysage comme art d'habiter le monde "

 

 

# 3  -  S  A  M  E  D  I      1 0      O C T O B R E     d e    1 0  h   à   1 3  h

 

Qu'est-ce qu'habiter au XXIe siècle : du local au global

 

 

# 2  -  S  A  M  E  D  I      4      J  U  I  N     d e    1 0  h   à   1 3  h

 

Habiter la ville, de la maison à l’espace public.

 

S’il nous faut habiter le monde autrement que nous ne l'avons fait jusqu'à ce jour, c’est ensemble que nous devrons l'habiter, tous également citoyens du monde, comme d’une grande cité avec ses parcs et ses jardins (planétaires), et ses “lieux communs“ qui ont aujourd’hui un rôle essentiel à jouer.

Ces lieux communs sont d’abord des faits humains bien avant d’être des faits architecturaux, des faits politiques avant d’être des faits urbains, qu’incarnent quelques murs. Et c’est de la diversité, de la rencontre et de l’échange que naissent les villes qui sont l’expression d’une société vivante et créative, auxquelles tous participent selon leurs moyens.

Aujourd'hui, nous manquons de ces lieux d'échanges ouverts à tous, où tous, côte à côte, forment ce cercle autour d’un vide d’où naissent seulement les projets communs.

 

 

# 1  -  S  A  M  E  D  I      1  4      M  A  I     d e    1 0  h   à   1 3  h

 

Qu’est-ce qu’Habiter veut dire ?

 

Le verbe « Habiter », fréquentatif du latin habere : avoir, posséder, a pris un sens nouveau avec la crise écologique, politique et sociale propre à ce nouveau siècle qui assiste à une véritable révolution urbaine planétaire.

 

"Bauen, wohnen, denken", construire, habiter, penser, ces trois verbes, selon Martin Heidegger, n'en faisaient qu'un à l'origine. Le texte d’Heidegger « Bauen, wohnen, denken » pose bien, en effet, la nécessité philosophique de repenser les liens essentiels entre ces trois activités humaines.

 

De même que le verbe Bauen selon Heidegger, le verbe Housing en Anglais signifie simultanément se faire un logis (construire) et y vivre (habiter), activités que nous distinguons dans notre langue, séparant le construire et l’habiter. C’est peut-être ce qui nous a mené à notre conception moderne du logement comme produit immobilier, et à une séparation entre les producteurs et les consommateurs qui nuit aujourd’hui au sens même de l’habiter et à l’urbanité.

 

 

 Cycle de Séminaires sur les questions de l’habiter

 

Exposé suivi d'un débat.

Séances ouvertes à tout public sur inscription et réservation préalable (maximum 20 personnes) animées par Stéphane Gruet, architecte, philosophe.

 

Un samedi par mois de 10h à 13h.

 

-    Le 14 mai  - Qu’est-ce qu’ "habiter" veut dire ?
-    Le 4 juin  - Habiter la ville, de la maison à l’espace public.
-    Le 1 octobre  - Qu’est-ce qu’habiter au XXI° siècle : du local au global .
-    Le 5 novembre  - Nature et culture : Habiter un paysage.
-    Le 3 décembre  - Habiter ensemble l’espace.

 

SUR INSCRIPTION

Merci de remplir le formulaire ci-dessous

Paiement en espèce ou par chèque à l'ordre de l'AERA

ATTENTION, en cas de paiement en espèce merci de faire l'appoint

 

PARTICIPATION :

TARIFS (tarif plein / tarif étudiant, chômeur) :

- 15 € par séminaire  / 7,50€

- 50 € le cycle de 5 séminaires / 25€

 

 

FORMULAIRE D'INSCRIPTION


Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

CONTACTS

contact[a]faire-ville.fr

formation[a]faire-ville.fr

poiesis[a]faire-ville.fr

5 rue St Pantaléon, Toulouse

Tél. 05 61 21 61 19

HORAIRES D'OUVERTURE du CCHa

Du Mercredi au Vendredi de 12h30 à 19h00

et le Samedi de 14h30 à 19h00

Accès : Métro ligne A, arrêt Capitole

Le CCHa se trouve au fond de la cour

ENTRÉE LIBRE





NOS SOUTIENS