expositions


 vernissage le mercredi 13 juin à 18h30

à partir du

07 06 2018

Exposition proposée par l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse, en partenariat avec le CAUE 31 et Faire-Ville.

Produite par Agence MUSEO et amàco (atelier matières à construire)

Commissariat : Dominique Gauzin-Müller

Comité scientifique : Patrice Doat, Laetitia Fontaine, Hubert Guillaud

Événement dans le cadre du mois de l'Architecture 2018

ARCHITECTURES EN TERRE D’AUJOURD'HUI

Exposition "Architecture d'aujourd'hui en terre", du 7 juin au 28 juillet au CCHa [Centre des Cultures de l'Habiter], Toulouse

Cette exposition regroupe les réalisations des 40 finalistes retenus pour le 1er Prix mondial des architectures contemporaines en terre crue Terra Award en 2015.

 

Ces exemples inspirants issus des cinq continents, réalisés en adobe, bauge, blocs de terre comprimée, pisé ou torchis, incitent à la redécouverte d’un matériau abondant et bon marché, dont la transformation demande peu d’énergie.

 

C'est pour attester de sa modernité et contribuer à son essor que le premier Prix mondial des architectures contemporaines en terre crue a été lancé en 2015, sous l'égide de la chaire UNESCO "Architectures de terre, cultures constructives et développement durable".

Soutenu par de nombreux partenaires, ce TERRA Award valorise à la fois le courage des clients qui ont fait le choix de la terre crue, la créativité des concepteurs et les compétences des artisans et entrepreneurs.

 

Télécharger
Dossier de presse / Exposition "Architecture en terre d'aujourd'hui"
DDP-Architecture_Terre-ok.pdf
Document Adobe Acrobat 3.3 MB

En clôture de l’exposition   "UNE ARCHITECTURE DURABLE : Les 200 colonnes de Climat de France"

29 05 2018

                    à 18h30

Livre "Pouillon, une architecture durable, et autres brefs essais" de S. Gruet aux éditions Transversales
Évenement Mois de l'Architecture - 18 mai > 18 juin

Présentation de l’ouvrage

 

"Pouillon : une architecture durable

et autres brefs essais"

De Stéphane Gruet, aux éditions Transversales

 

Conférence de présentation de l'ouvrage par Stéphane Gruet

en compagnie de Catherine Sayen

 

"Ignorée en son temps parce qu'elle se tenait comme hors du temps, l'architecture de Fernand Pouillon n'est-elle pas finalement la plus durable ?

Avec l'impératif d'une remise en cause de notre "modernité"dans ce qu'elle eut de plus illusoire et insoutenable, l'œuvre de Fernand Pouillon prend en ce siècle une valeur décisive. Pourquoi en effet ne pourrions-nous édifier à nouveau de belles et dignes constructions dont les rythmes, la matière, et les espaces qu'elles engendrent, sont tels que nul ne voudra plus les détruire ? Pourquoi ne pourrions-nous atteindre par l'art à cette présence d'une architecture et d'une ville qui semblent avoir toujours été, et qui sont, et qui seront toujours ?

Tel est le propos de Stéphane Gruet, à travers les "200 colonnes" de Climat de France à Alger, emblématiques à bien des égards de cette "architecture durable", et cinq petits essais en guise de pistes de réflexion pour l'avenir. Un entretien de Fernand Pouillon avec Hélène Roy le prolonge, et le conforte"

 Événement dans le cadre du Mois de l'Architecture (18 mai - 18 juin)

 


17 02 2018

29 05 2018

Exposition produite par Faire-Ville avec le concours de l''association Les Pierres Sauvages de Belcastel

commissariat et textes Stéphane Gruet

Photographies de Lucien Drubigny,

Bernard Felix Dubor, Franck Gautré, Stéphane Gruet, Richard Ingersoll, Youcef Krache, Jacques Lucan, Jean-Luc Michel, Milan Neumann, Abdelhamid Rahiche, Amina Rezoug, Hervé Richard

 

 

UNE “ARCHITECTURE DURABLE” :

LES 200 COLONNES de FERNAND POUILLON

Climat de France, Alger, 1957


 “Un architecte, un urbaniste ne doit pas faire vivre les hommes, les femmes et les enfants dans un cadre qui ne convient qu’à lui et à ses propres idées mais il a le devoir de construire autour des habitants, autour de leurs ambitions, de leurs aspirations, de construire une ville faite pour eux, où ils aient envie de rester, de s’y distraire et de s’y cultiver (…).”
Fernand Pouillon, Lettre au Ministre, Alger 1978

 

Avec l’impératif d’une remise en cause radicale de notre modernité dans ce qu’elle eut de plus illusoire et insoutenable, l’œuvre longtemps négligée de Fernand Pouillon prend aujourd’hui une valeur décisive.
C’est lorsque Pouillon travaillait pour les plus petits que sa passion de bien bâtir était la plus grande. Et c’est là, sans doute, le sens premier d’une « durabilité » qui scelle par l’ordonnance de l’architecture l’unité d’une communauté humaine

 

Mais cette œuvre est également « durable » par son matériau et sa construction, par l’économie de sa conception et de sa mise en œuvre ; une économie qui part des hommes, de la matière et du temps qu’il faut pour bâtir, et non d’un calcul spéculatif.

 

L’adaptation aux usages de vies nombreuses et de résistances aux affronts du temps, ces adaptations et marques de résistances anoblissent la construction au lieu de la corrompre, faisant de ces constructions, sans apprêts ni travestissements, une histoire profondément humaine, qui au-delà des difficultés quotidiennes gagne en dignité et en poésie.

 

Télécharger
Textes de l'exposition
Textes-expo-200_col_Pouillon.pdf
Document Adobe Acrobat 330.3 KB
Télécharger
Dossier de Presse de l'exposition
DDP-POUILLON_200colonnes_CCHa.pdf
Document Adobe Acrobat 6.2 MB


14 10 2017

03 02 2018

Dessins et maquettes réalisés par les étudiants des studios S51B et S61B de l’école d’architecture de Toulouse sous la conduite de Simon Campedel, Yann Chereau, Damien Guizard et Laurent Tournié.

vernissage /

 

jeudi 19 10 2017

 

UNE MAISON MODERNE

La maison FARNSWORTH (1946 -1951) U.S.A.

Ludwig Mies van der Rohe, architecte

Exposition de dessins, maquettes et photographies de l’une des maisons les plus emblématiques du mouvement moderne.

Affiche de l'exposition "Une maison moderne, Mies van der Rohe architecte" au CCHa, Toulouse

Si les œuvres des grands maîtres nous permettent de comprendre ce que peut être la tradition, elles nous convoquent aussi à réaliser que malgré les spectaculaires avancées technologiques du siècle dernier, les grandes questions de l’architecture n’ont pas véritablement changé depuis son commencement…

La construction est-elle une partie de l’architecture ?

L’architecture n’est-elle que de la construction ?

En quoi la technique ne suffit-elle pas à fonder une pensée constructive ?…

(À quelle définition de la forme cette œuvre peut-elle se rapporter, et quelles sont ses relations avec la structure et/ou la construction ?)

En quoi la conception de l’espace bâti est-elle liée à celle de la mise en œuvre, et laquelle des deux précède l’autre ? Que signifie dimensionner ? Si Mies nous rappelle que « Dieu est dans les détails », est-ce pour nous inviter à le chercher en contemplant non plus les choses elles-mêmes, mais ce qui les sépare ou ce qui les relie ?

Pourquoi (et en quoi) la Nature nous regarde-t-elle autant que nous pouvons la contempler depuis la maison Farnsworth ?

www.farnsworthhouse.org/

Télécharger
Dossier de presse
DDp Une maison-L.pdf
Document Adobe Acrobat 2.9 MB

2 06 2017 > 30 09 2017

 

Exposition créée par l'association Architectes Sans Frontières

http://asffrance.org/

© architectes - Architectes sans Frontières
Architectes sans Frontières - photos "architectes"

Événement dans le cadre du Mois de l'Architecture  - 18 mai > 18 juin

vernissage

mardi 13 juin

EXPONOMADES #2

PROCESSUS D’UNE ARCHITECTURE SOLIDAIRE

Cette exposition en 2 parties — EXPONOMADE #1 et #2— est née de la collaboration de l'association Architectes Sans Frontières Toulouse avec les étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse au travers de workshops mensuels.

EXPONOMADE #1, exposée à l'ENSA Toulouse, présente l’association Architectes Sans Frontières et les travaux menés par les étudiants dans le cadre de leurs stages ainsi que leurs témoignages de collaborations à des expériences solidaires.

Avec EXPONOMADE #2, l'accent est mis sur les processus d'élaboration des projets et les travaux des ASF, à partir de trois thématiques associées aux mots clés : « sensibiliser, coopérer et bâtir».

Trois Projets Phares racontent les expériences nées de résolutions de problèmes architecturaux et sociaux actuels. Ils relatent aussi les rencontres, la cohésion et la coopération des membres d’ASF avec une ou des population(s) défavorisée(s).

 

L’association Architectes Sans Frontières (ASF), association à but non lucratif fondée en 1979, a pour vocation de défendre le principe d’une utilité sociale de l’architecture. Face aux inégalités et aux mécanismes de ségrégation et d’exclusion dans l’utilisation et l’occupation des espaces bâtis, ASF propose des formes de pratiques professionnelles adaptées. Une approche qui se veut ouverte à la diversité des cultures et des sociétés, qui intègre la parole des exclus ou des démunis et répond à un partage plus équitable de cet espace.

 



 

09 03 2017 > 27 05 2017

 

V E R N I S S A G E 

 

> jeudi 9 mars

 

> 18h30

 

G A L E R I E  1

 

Exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal, Centre d’information de documentation et d’exposition d’Urbanisme et d’Architecture de Paris et de la Métropole parisienne.

Commissariat scientifique : Encore Heureux architectes, Julien Choppin & Nicola Delon

Conception graphique : Camping Design

Illustrations : Bonnefrite

MATIÈRE GRISE

MATÉRIAUX / RÉEMPLOI / ARCHITECTURE

 

Consommer « plus de matière grise » pour consommer « moins de matières premières » est l’un des enjeux de cette manifestation qui convoque l’intelligence collective pour reconsidérer la matière de nos constructions.

 

75 projets montrent le potentiel du réemploi et la possibilité d’une nouvelle vie pour des matériaux usés dans tous les lots du bâtiment :

à Bruxelles, les briques de seconde main construisent les pavillons d’aujourd’hui, dans le Massachusetts, les portiques d’un viaduc autoroutier structurent une villa, à Saint-Denis, le bardage refusé pour un centre commercial enveloppe désormais la prestigieuse Académie Nationale Contemporaine des Arts du Cirque, à Madrid, les tuiles d’hier cloisonnent et transforment un lieu culturel d’avant-garde, à Bali, des centaines de fenêtres à claire-voie habillent un hôtel, en Alabama,

72 000 dalles de moquette portent la maison de Lucy, même le futur siège du Conseil Européen à Bruxelles se pare d’une façade composée de 3 000 fenêtres récupérées.

 

Le réemploi ouvre un immense catalogue de possibles : bétons préfabriqués, pilotis maritimes, traverses de chemin de fer, enrouleurs de câble, plaques de plâtre rejoignent les déchets du quotidien pour devenir fondation, parement, isolant acoustique, structure, façade, etc.


 

G A L E R I E  2

 

Exposition créée par Elise Arnaud et Lucie Pachot,

Compagnons Bâtisseurs

RÉCITS DE CHANTIERS

Le terme Compagnon signifie “celui qui vit, accompagne, partage ses activités avec quelqu’un”.

L’association des Compagnons Bâtisseurs, forgée sur ces valeurs, a pour mission d’accompagner des familles en difficulté en leur apportant une aide technique et pédagogique afin de réaliser des travaux d’amélioration de leurs habitats.

 

Du déroulement des chantiers en auto-réhabilitation accompagnée à la satisfaction du « faire soi-même », des échanges de savoirs à la vie d’un atelier de quartier et aux liens qui y naissent, cette exposition témoigne de la vie au sein de l’association à travers des dessins, des photographies et des entretiens d’habitants.

 

Mettant en avant la solidarité, la transmission des savoir-faire, et la richesse du faire-ensemble, ces “Récits de chantiers” présentent une autre manière de construire et d’habiter. Ils témoignent d’une dynamique à l’échelle de l’habitat mais également à celle du quartier et de la ville.



2 0 1 6


E X P O S I T I O N

 

1 10 2016 >

25 02 2017

NATURE DE LA VILLE ; DEVENIR DE L'HOMME

Ce que les villes nous disent de notre devenir…

Exposition de photographies accompagnées de textes développant une réflexion sur la nature de la ville.

Réalisation : Faire Ville

Photographies de Florent Barrué, Vincent Bertholon, Jean-François Boutet, Sébastien Mazauric. Textes de Stéphane Gruet.

Installation de Sébastien Mazauric, Urban-nature-research-artist.

 

VERNISSAGE le 14 octobre à 18h30


 

Si nous admirons tant les villes médiévales et classiques d’Orient comme d’Occident, du Nord comme du Sud parce qu’elles nous rapprochent d’une certaine harmonie naturelle, si la ville moderne conçue selon les paradigmes industriels en vogue au XXe  siècle nous ennuie et nous laisse froids, nous restons quelque peu effrayés par la croissance illimitée de nos grandes villes contemporaines et la difficulté même que nous avons à y lire un sens, à les comprendre, et à y lire notre destin d’homme.
Les villes, comme toute œuvre de nature, ne sont pas faites en vue d’une fin mais se font et se renouvellent pour ainsi dire d’elles-mêmes.
Le phénomène urbain, comme les plantes et les étoiles, a sa « nature », sa physis, sa vie propre faite des vies innombrables d’hommes ; il est d’une vitalité et d’une créativité qui dépasse tout ce que nous avons connu jusqu’à ce jour, s’invente chaque jour sous nos yeux, inattendu, vivant, créatif, se renouvelant de lui-même, cherchant sans cesse un arrangement, une organisation nouvelle de cette complexité infinie qu’il rassemble par son attractivité même, sa gravité.
La ville ne cesse aujourd’hui de déborder tous nos plans et prévisions scientifiques, systématiquement fautives.
Elle est en pleine métamorphose, et c’est cette métamorphose qu’il nous faut essayer de comprendre si nous voulons savoir ce qui nous attend.

 

Où l’homme peut-il encore trouver sa place dans les grandes villes contemporaines de ce commencement d’un nouveau millénaire ?

 

Pour en savoir plus sur le travail de Sébastien Mazauric :

http://uttarayan.tumblr.com/

http://www.zku-berlin.org/residencies/163/

http://trojantactics.tumblr.com/


7 avril >

10 septembre 2016

 

Exposition produite et présentée par l'AERA

CONSTRUIRE ENSEMBLE

Cette exposition rend témoignage de l’appropriation par leurs habitants des premières opérations d’habitat participatif en accession sociale livrées en 2015 ou en construction, par l’intermédiaire de photographies de ses habitants, et d'images retraçant le tout processus de programmation du démarrage à la livraison du projet.


Elle est complétée par l’exposition « Faire la ville autrement – l’habitat groupé participatif », sur les principes et l’histoire des démarches coopératives et participatives dans l’habitat.

 

OUVERTURE : Mercredi au vendredi de 12h30 à 19h -

 samedi de 14h30 à 19h


2 0 1 5


 

12 novembre > 30 décembre

 

 

à la Médiathèque André Labarrère, PAU

 

FAIRE LA VILLE AUTREMENT

L'habitat groupé participatif

 

« L’habitat groupé participatif » est une forme d’habitat intermédiaire entre individuel et collectif, né de l’engagement préalable et de la coopération des futurs habitants aux divers stades de sa production et de sa gestion.

L’exposition revient sur l’histoire de la coopération dans l’habitat, des utopies sociales du XIXe siècle jusqu’aux différentes formes d’habitats groupés participatifs développées aujourd’hui en France et en Europe.

Elle met en évidence les intérêts de ce mode de production de l’habitat aujourd’hui, dans la perspective d’un développement durable, social, économique et environnemental et donne quelques perspectives à tous ceux qui souhaiteraient élaborer avec d’autres un projet d’habitat partagé, pour mieux habiter la ville.


2 0 1 4


UTTARAYAN

12 septembre > 30 octobre

 

L'URBAIN EST NOTRE SÉCRÉTION

atelier ouvert et exposition d'études plastiques

 

Lancement de l'atelier ouvert : Vendredi 12 septembre

 

En quelques décennies, l’urbain a englobé puis remplacé le vieux binôme ville/campagne, se présentant comme la megastructure diffuse où nous habitons aujourd’hui. La période que nous vivons est celle où l’accélération de ses extensions est telle qu’elle rend tangible sa processualité. Cette chose mouvante, aux formes indéfinies, semble s’être affranchie pour devenir une entité autonome aux mutations imprédictibles.

Uttarayan ausculte les spasmes de ce Léviathan. Il oeuvre à la mise en forme d’un abécédaire borgésien de l’urbain : par le stalking, par l’épuisement de ces « espèces d’espaces » et par la captation frénétique de ces incongruités. Les dessins, les pliages et montages video puisent dans cet abîme de signes. Ils traduisent in vitro les logiques mouvantes qui animent notre écoumène.

 


VERNISSAGE / LIVE PAINTING

le JEUDI 02 octobre 2014

 

L’exposition se développe en deux temps :

  • A partir du 12 septembre 2014

Démarrage de l'atelier ouvert où la croissance erratique de la structure-processus «Hybris» s’observe au jour le jour.

  • Le 2 octobre 2014

Un vernissage avec live painting célèbre en musique la construction achevée

  • Après  le 2 octobre 2014

Présentation de la figure achevée, un montage vidéo retrace les étapes de son déploiement et dévoile les logiques et errements ayant présidé à son élaboration.

 

Pour en savoir plus

des images : http://uttarayan.tumblr.com/

des vidéos : http://vimeo.com/uttarayan


14 mai > 11 juin 

 

 au Centre Méridional

de l'Architecture

et de la Ville

5 rue St Pantaléon, Toulouse

(métro Capitole)

 

FAIRE LA VILLE AUTREMENT

L'HABITAT GROUPÉ PARTICIPATIF

 

« L’habitat groupé participatif » est une forme d’habitat intermédiaire entre individuel et collectif, né de l’engagement préalable et de la coopération des futurs habitants aux divers stades de sa production et de sa gestion.

L’exposition revient sur l’histoire de la coopération dans l’habitat, des utopies sociales du XIXe siècle jusqu’aux différentes formes d’habitats groupés participatifs développées aujourd’hui en France et en Europe.

Elle met en évidence les intérêts de ce mode de production de l’habitat aujourd’hui, dans la perspective d’un développement durable, social, économique et environnemental et donne quelques perspectives à tous ceux qui souhaiteraient élaborer avec d’autres un projet d’habitat partagé, pour mieux habiter la ville.



11 mars > 3 mai 2014

 

ARCHITECTURE

Exposition de photographies de

Francis Martinal


©Francis Martinal

2 0 1 3


20 juin > 14 septembre

Exposition produite par l'Institut Ramon Llul et présentée au CMAV par l'AERA

 

 

 

VOGADORS

JEUNE ARCHICTURE CATALANE ET BALÉARE



Galerie 1

 

28 mars > 5 juin 2013

LUIS BARRAGAN,

l'architecture émotionnelle

 

Exposition créée par les Ecoles d'Architecture de Nancy, Paris-Val-de-Seine et Strasbourg,

sous la direction de Danièle Pauly.

Exposition proposée au CMAV par l'AERA et le CAUE 31.

 


Galerie 2

28 mars  >  5 juin 2013

Laberintos Intemporales

Photographies de William J.R. Curtis

 

William J.R. Curtis est historien, critique, peintre et photographe. Il est l’auteur de L’Architecture moderne depuis 1900 (Phaidon, 2004) et de Le Corbusier : Ideas and Forms (Phaidon 1986), deux ouvrages considérés aujourd’hui comme des “classiques”.

 

Ses photographies de l’architecture et du paysage ont été souvent publiées et exposées, au Centre Méridional de l’Architecture et de la Ville en 2004 (Architectures du Monde), et plus récemment à la Maison de l’Architecture, Angers (2011) et au Musée Alvar Aalto en Finlande (avec le catalogue Structures of Light, 2007). Il prépare actuellement une exposition qui aura lieu à l’Alhambra de Grenade en 2014. William Curtis étudie et photographie l’œuvre de Luis Barragán et l’architecture mexicaine moderne et ancienne, depuis plus de trois décennies.


En février 1989, il a publié Laberintos Intemporales, La Obra de Luis Barragán dans la revue Vuelta 147, texte sélectionné par le rédacteur en chef Octavio Paz, en hommage à Luis Barragán, décédé peu avant. À propos de ses photos Curtis a écrit : “Une photographie est réussie lorsqu’on a saisi toute la vibration du lieu, de l’événement et de l’instant mais dans une organisation rigoureuse de formes capable de toucher l’esprit. Cet ordre abstrait intensifie la présence de l’objet vu et photographié et en révèle une dimension poétique. Une photo enregistre un moment de jouissance, une expérience intense de phénomènes fugaces, mais elle propose aussi une autre construction de l’espace, une autre réalité parallèle, figée dans le temps. Comme un tableau plein de rapports et de résonances, d’harmonies et de tensions visuelles, elle crée un espace de réflexion pour la délectation de l’expérience visuelle et sensuelle du monde. Une photo réussie séduit directement par l’unité de sa composition et par le sens immédiat de son image dominante” (Introduction, Architectures du Monde, Le regard de William J.R. Curtis, CMAV, Toulouse, 2004).

2 0 1 2


18 septembre  >  30 novembre 2012

 

Exposition imaginée

par L'AERA

IKREA - exposition à vivre

 

L'AERA invite des jeunes créateurs, architectes, designers, étudiants et bricoleurs en tout genre, à transformer les espaces du Centre Méridional de l'Architecture et de la Ville en une grande « maison commune » constituée, de «pièces uniques» originales, expérimentales ou décalées, subversives ou tout à fait surréalistes...

 

Vous trouverez tout le programme sur ikrea.over-blog.com

 

 


16 janvier  >  7 avril 2012

Bruno Taut,

un architecte à Berlin

 

Exposition itinérante du Werkbund proposée par le CAUE 31 et l'AERA, en partenariat avec le Goethe Institut de Toulouse.

 

Plus d'informations sur le site du CMAV

 


CONTACTS

contact[a]faire-ville.fr

formation[a]faire-ville.fr

poiesis[a]faire-ville.fr

5 rue St Pantaléon, Toulouse

Tél. 05 61 21 61 19

HORAIRES D'OUVERTURE du CCHa

Du Mercredi au Vendredi de 12h30 à 19h00

et le Samedi de 14h30 à 19h00

Accès : Métro ligne A, arrêt Capitole /

            Ligne B, arrêt Jean Jaurès

Le CCHa se trouve au fond de la cour

ENTRÉE LIBRE




Les images de ce site ne sont pas libres de droit. Merci d'en mentionner l'origine en cas d'utilisation.


NOS SOUTIENS